Chapelle Saint-Vincent

à Digne-les-Bains

         

 




        Sur le flanc de la colline qui domine le nord de la ville, cette chapelle blottie à l'angle d'un champ de blé, date au moins des guerres de religion. Elle est accolée aux vestiges de ce qui fut un ermitage ; aujourd'hui elle est elle-même proche de l'état de ruine. Le site où elle est implantée se caractérise également par l'existence de fossiles tout proches de la chapelle, appelés fossiles de Saint-Vincent.







         Au IVème siècle, saint Vincent fut le deuxième évêque de Digne. D'origine berbère, il se convertit en Espagne, puis vint en Haute-Provence avec l'une des tout premières équipes de missionnaires. Lui et ses compagnons moururent martyrs.







       Cette chapelle contenait de magnifiques bas-reliefs, qui ont été sauvés par un certain Saint-Marcel Eysséric. Grâce à lui, ces sculptures ont été connues et leur description publiée. A sa mort en 1914, ses collections ont été vendues, perdues, puis retrouvées en miettes. L'une se trouve à la fondation Maegt à Saint-Paul-de-Vence, une autre dans un musée aux Etats-Unis ; la troisième a disparu. Ces pièces ont fait l'objet d'une communication de la Société des Antiquaires de France en 1982.

        Actuellement la chapelle fait l'objet d'un programme de restauration, initié par l'association APARE qui organise des chantiers de restauration pour les jeunes et les volontaires. Deux sessions de travaux ont été planifiées en été 2007, visant à consolider l'ermitage attenant.










(Clichés : B. Gigault. Sources doc.: http://www.mairie-dignelesbains.fr/patrimoine.html ; http://www.ot-dignelesbains.fr/index.php?option=content&task=view&id=53&Itemid=90 ; http://www.quid.fr/communes.html?mode=detail&id=27449&style=map ; http://www.apare-gec.org/apare_fr/ch_12_13.html).



  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil