Chapelle Notre-Dame-de-l'Olivier

à Figanières

   

    




        A un kilomètre à l'Est du village sur la D54, cette belle chapelle romane date de deux périodes de construction, les XIème et XIIIème siècles. Des moines cisterciens la firent bâtir à l'emplacement d'un ancien temple païen, en remerciement d'une victoire sur les Sarrazins. Ceux-ci auraient été mis en fuite vers 950 lors d'un épisode qui serait resté célèbre localement sous l'expression "fuite noire", ou Figa Nera, d'où l'origine du nom du village de Figanières.

       L'édifice est de style cistercien provençal. A l'intérieur et en face de l'entrée, se remarque la présence d'un "enfeu", c'est-à-dire une niche où les défunts étaient déposés pendant les obsèques.

        Nous savons que la première messe fut célébrée dans cette chapelle en 1115. Abandonnée au début du XXème siècle, elle fut néanmoins inscrite en 1946 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. En 1958, sa restauration opérée par l'abbé Paris, curé de Figanières, a mis en évidence les deux périodes de construction : le choeur et la nef sont du XIème siècle, la façade et le portail latéral du XIIIème.

       Appartenant à la commune, elle fait l'objet de deux pèlerinages par an, le 15 août et le 8 septembre.





 









(Clichés : J.-P. Banet. Sources doc. : http://www.si-figanieres.com/histoire.php ; Patrick Verlinden : "La Provence chrétienne", Editions les Sept collines, Marseille 2005 ; Robert Bailly : "Chapelles de Provence. Origines, architecture, croyances". Editions Horvath, Le Coteau 1988).


Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil