Chapelle Notre-Dame-des-Oeufs

à Gréoux-les-Bains










        A partir du village de Gréoux-les-Bains, après avoir traversé le petit pont enjambant le Verdon et s'être engagé immédiatement à gauche sur une route serpentant dans un vallon, on prend soit rapidement à gauche un sentier escarpé, soit au carrefour suivant un chemin carrossable, pour atteindre la chapelle. Sur sa colline boisée dominant le village et la vallée du Verdon, Notre-Dame-des-Oeufs est un édifice modeste blotti dans un cadre magnifique.

         Ce lieu de culte est certainement très ancien ; si le christianisme a succédé au paganisme, la dévotion à Marie aurait remplacé ici le culte d'Isis, déesse de la fécondité. Au Moyen-Age, l'existence d'une chapelle rurale est mentionnée dans un acte de donation de 960, confirmé en 1096. L'édifice a été remanié plusieurs fois, et aujourd'hui les parties les plus anciennes ne remontent qu'au XVIIème siècle. En 1972, elle a été restaurée par la Société des Amis de Gréoux qui l'a ainsi sauvée d'une ruine complète.



       




  






          L'appellation de l'édifice s'explique par une vieille coûtume locale : les femmes stériles ou désirant un enfant montaient à la chapelle avec deux oeufs. Arrivées sur place, elles devaient en gober un et déposer l'autre dans la chapelle, pour venir le reprendre l'année suivante. Il y a peu de temps encore, on pouvait effectivement voir quelques oeufs disposés à l'intérieur, sur les côtés ou dans les niches aménagées.

        Aujourd'hui encore, deux pèlerinages sont organisés chaque année : le lundi de Pâques, période où l'on cherche les oeufs, et le 8 septembre.










(Sources doc.: Robert Bailly : "Chapelles de Provence. Origines, architecture, croyances". Editions Horvath, Le Coteau 1988 ; panneau d'information implanté sur place ; http://catho04.cef.fr).


Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil