Chapelle Notre-Dame-de-Consolation

à Jouques



       

 

 

        Entre la large vallée de la Durance et celle de Rians, Jouques se déploie sur une longue colline qui domine une vaste plaine recouverte d'une prairie. Quelques centaines de mètres au nord du village, une colline boisée porte sur son sommet cet élégant petit édifice dont l'origine est associée à une curieuse légende.

       A une époque lointaine et indéterminée, une jeune bergère orpheline nommée Anne gardait ses troupeaux sur ce relief isolé lorsqu'elle fut témoin d'un phénomène extraordinaire. Elle vit ses brebis se ranger spontanément pour former un cercle sur la prairie. Les bêtes restèrent immobiles quelques instants avant de se disperser.





        L'étrange spectacle se reproduisit le lendemain et le surlendemain. La troisième fois, le plus jeune des agneaux entra dans le cercle et se mit à gratter la terre. La bergère l'imita et trouva en creusant une dalle de pierre sous laquelle reposait une petite statue de bois de la Vierge Marie.

        La découverte de cette statue réconforta la paysanne, ce qui explique le nom de Notre-Dame de Consolation. Anne construisit un oratoire sur le lieu de la trouvaille.






        Peu de temps après, le gardien du passage à gué de la Durance entendit une nuit les sons d'un chant mélodieux venant du plateau. Il y monta et y trouva le corps de la bergère Anne qui venait de décéder. Le passeur vit un cortège de vierges transporter le corps d'Anne et le conduire vers sa dernière demeure, tandis que de grandes lueurs étaient aperçues par les habitants de Jouques.




 



        L'oratoire d'Anne fut après sa mort transformé en chapelle, à l'origine du sanctuaire actuel qui est daté du XIIème siècle. La chapelle fut relevée de ses ruines en 1980 par l'Association des Amis de Jouques qui continue à en assurer l'entretien. Le dimanche le plus proche du 8 septembre, date de la Nativité de Marie, un pélerinage est organisé au cours duquel une statue de la Vierge est portée en procession de l'église Saint-Pierre à la chapelle.

       L'intérieur de l'église bâtie en forme de croix possède une abside en cul-de-four et un étage accessible par le transept sud grâce à un escalier. Le niveau supérieur est aménagé en ermitage, parfois occupé par des retraitants solitaires.








(Source doc.: http://sanctuaires.coldev.org/index.php?r=cons&sr=cons&id=203).




  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil