Chapelle Notre-Dame-de-Pitié

au Val 

   





        Voici l'une des chapelles les plus curieuses de Provence. Dans un virage de la route D554 entre Brignoles et le Val, elle ne montre du côté de la route que des murs d'aspect tout à fait anodin. Mais que l'on prenne le chemin qui passe devant sa façade, et c'est alors la surprise.

        Recouverte d'un enduit blanc, possédant deux portes, la façade est percée de huit niches décorées de galets et de coquillages. Le fronton central encadre un bas-relief représentant la Descente de Croix. Les autres niches sont vides et ont sans doute servi à contenir des statues.

       





        L'intérieur est tout aussi intéressant, puisqu'il est lui aussi abondamment orné de coquillages. De nombreuses niches pleines se remarquent sur les parois de la nef, où devaient être logés des tableaux. L'arc triomphal est particulièrement fourni en motifs alliant peinture et coquillages, et représentant des végétaux et des vases. Derrière l'autel a été reconstitué un calvaire, c'est-à-dire un rocher planté de trois croix portant les outils de la Passion. Une niche centrale contenait sans doute une statue de la Descente de Croix, ou Piéta, expliquant le nom de la chapelle.

        Mais que sait-on de l'histoire de cette chapelle, et des raisons qui ont conduit à la décorer d'une manière aussi particulière ?

        Il semble avoir existé à l'origine une chapelle plus petite, qui fut agrandie en 1659. Cette date figure sur la Pietà sculptée à l'extérieur sur la façade. Un blason est taillé sur cette oeuvre, et appartient à la famille Barthélemy de Sainte-Croix, originaire d'Aix. On suppose donc que les travaux ont été commandités par cette famille, dont une branche habitait le Val. Par ailleurs, cette date est aussi celle d'une bataille qui a eu lieu au Val, et où est mort François Barthélemy de Sainte-Croix.

       





        Dans la partie gauche de la nef est aménagée la tombe d'une villageoise, Mme Marie Gavotte veuve Verlaque. Décédée en 1674, elle aurait été inhumée ici à la suite d'un don de 300 livres qu'elle fit au clergé.

        Récemment une étude archéologique a été réalisée sur cette chapelle par un étudiant de l'Université de Nice. Ce travail contient une description minutieuse de l'édifice, précisant certains détails tels que : les espèces de coquillages utilisées, la composition chimique des scories intégrées à la décoration, les sculptures de la façade, le corps contenu dans la tombe, les pièces de monnaie trouvées dans le caveau ...

        L'ancien chemin qui mène du village à la chapelle est jalonné de plusieurs oratoires, montrant que l'on s'y rendait en pèlerinage. Aujourd'hui encore, une procession annuelle a lieu à l'occasion des professions de foi (ou communions solennelles). Cette construction est classée Monument historique depuis 2000.







(Clichés : J.-P. Banet. Sources doc.: http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/LISTES/bases/france-dpt.htm ; http://perso.leval.mageos.com/pages-htm/pitie.htm ; ).


    Retour à la liste

    Retour à la carte régionale



  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil