Accueil
Liste
Carte
Contact
Liens




Chapelle Saint-Estève

à Rians






        Voici une petite merveille de l'art roman provençal. Pour l'atteindre, il faut quitter la route D561 qui relie Jouques et Rians, comme pour aller au château de Vignelaure, mais dépasser celui-ci et s'arrêter dans un agréable sous-bois où la chapelle se dissimule. Des tables de pique-nique et de la verdure fraîche y accueillent les visiteurs.





        Ce petit monument couvert de lauzes et soutenu par des contreforts ne possède pas de clocher. Son entrée latérale, au Sud, est entourée d'un arc fait de larges claveaux avec bandeau mouluré. A l'intérieur, la nef est coiffée d'une voûte en berceau composée de trois travées. Le départ de la voûte est orné d'un décor en dents de scie. Les travées sont percées d'arcatures latérales qui reposent sur le sol. L'abside semi-circulaire est voûtée en cul-de-four.






        La chapelle Saint-Estève a été bâtie sans doute au début du XIIe siècle, à l'emplacement d'une ancienne villa gallo-romaine. A cette époque, le seigneur Raimond de Guiran de Simiane, propriétaire des terres, fit don de tous ses biens au chapitre de Saint-Sauveur à Aix. Ce patrimoine comprenait entre autres la chapelle Saint-Estève. Dès lors, celle-ci s'entoura de quelques habitations et le culte y fut régulièrement célébré.




 
 



        Les procès-verbaux de visites d'évêques attestent que la messe y était dite, comme en 1546 où le maintien des célébrations y fut recommandé les dimanches et les jours de fête. Détail à noter, la chapelle étant dépourvue de clocher, les offices étaient annoncés au moyen d'une conque marine.








        Cependant la fréquentation du sanctuaire diminua, et au XVIIe siècle il ne fut plus utilisé. En 1850, le curé de Rians, Amédée Jaubert, le fit restaurer et le rendit au culte. Il fut pourtant abandonné par la suite à cause de son éloignement.

        En l'an 2000, d'importants travaux de réparation furent effectués par la mairie, et en 2013 le site fut aménagé pour y accueillir agréablement le public.










        Estève est la forme occitane du nom d'Etienne, qui fut porté au premier siècle par le premier martyr connu du christianisme. Ce disciple du Christ, prédicateur et apologiste enflammé, fut lapidé à Jérusalem si l'on en croit le livre des Actes des Apôtres. Son culte ne se diffusa qu'après 416, lorsqu'un prêtre appelé Lucien annonça avoir découvert à Jérusalem les reliques du saint. Etienne est fêté le 26 décembre.

















(Sources doc.: panneau explicatif planté devant l'entrée ; https://www.ville-rians.fr/la-chapelle-saint-esteve ; )