Chapelle de l'abbaye Notre-Dame-de-Lure

à Saint-Etienne-les-Orgues





        La route D 113 qui grimpe depuis Saint-Etienne-les-Orgues jusqu'au sommet de Lure, donne accès à un chemin s'enfonçant à travers une forêt de hêtres. Au sein de celle-ci se cachent les magnifiques restes de l'ancienne abbaye Notre-Dame-de-Lure.

        La légende rapporte que l'ermite saint Donat, vivant près de Peyruis, se serait retiré vers 490 dans ce lieu isolé. Il y serait mort en présence de l'abbé Mary de Boscodon. C'est du moins ce qu'affirment deux inscriptions peintes à l'intérieur de l'église. A sa suite, les disciples de saint Donat y auraient fondé un monastère. Plus tard, lorsque les Sarrasins firent des incursions dans le pays entre 890 et 972, ils auraient totalement détruit cette première fondation, dont il n'est même pas certain qu'elle ait réellement existé.








        Mieux attestée est la fondation d'un second monastère en cet endroit en 1165, par des moines de l'abbaye de Boscodon proche d'Embrun. Elle se fit sous la conduite de leur abbé, Guigues de Revel ; Boscodon dépendait alors de l'abbaye de Chalais, près de Grenoble. Les chalaisiens construisirent cette abbaye dont nous voyons aujourd'hui les restes, c'est-à-dire essentiellement l'église.








        Notre-Dame-de-Lure fut prospère jusqu'au XIIIème siècle. En 1317, l'effacement de l'ordre chalaisien fit qu'elle passa sous le chapitre de la cathédrale d'Avignon. Ensuite elle déclina lentement à cause des rigueurs du climat et de l'isolement. Les moines s'installèrent dans une grange de Saint-Etienne-les-Orgues. L'abbaye devint séculière en 1481, et fut peu à peu abandonnée. Les protestants l'incendièrent en 1562, puis elle tomba dans l'oubli.

        Pourtant au XVIIème siècle, un renouveau se fit lorsque des pèlerinages importants furent organisés en l'honneur de la Vierge ; on rapporte même des récits de guérisons miraculeuses. Ces pélerinages furent aussi l'occasion d'effectuer plusieurs restaurations de l'édifice, à l'initiative des villageois.






        Sous la Révolution, l'église fut saccagée et le mobilier fut brûlé ; mais les pélerinages reprirent en 1801. On restaura et on aménagea le site. C'est au cours du XIXème siècle que furent exécutées les peintures murales, et que le petit clocher fut rajouté. Les Pénitents de Reillanne organisèrent le culte. Cependant, au XXème siècle, ce fut de nouveau l'abandon.

        En 1973, d'importants travaux de restauration furent à nouveau entrepris, sous la forme de stages d'été proposés aux jeunes. Une association a désormais vu le jour : l'association des Amis de Notre-Dame-de-Lure. La tradition des pèlerinages demeure, le 15 août et le 8 septembre. En 1980, l'abbaye fut classée monument historique. Aujourd'hui, l'association poursuit son patient travail d'entretien et de remise en valeur.















(Clichés : J.-P. Banet. - Sources doc.: base Mérimée des Monuments historiques ; P. Ollivier-Elliott, "Pays de Lure, Forcalquier, Manosque et de Giono, carnet  d'un voyageur attentif", Edisud, Aix-en-Provence 2000 ; http://forcalquier.bamboule.net/fr/nd-lure.htm#assoc ; http://membres.lycos.fr/ndlure)



  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil