Chapelle Saint-Roch

à Saint-Trinit










        Saint-Trinit, sur le plateau d'Albion, possède d'abord une exceptionnelle église romane construite au centre du village. Mais la construction qui nous retient ici est un autre édifice plus modeste, implanté à l'extrémité d'un chemin en limite d'agglomération : la chapelle Saint-Roch.








        Comme beaucoup de chapelles dédiées à ce personnage, elle fut construite à l'occasion d'une des épidémies de peste qui frappèrent la région en 1630 et 1720. Saint Roch en effet est le patron des victimes des maladies contagieuses, que l'on sollicitait en cas de risques d'épidémie.

        La chapelle était située sur l'itinéraire des transhumances estivales vers la moyenne montagne. Aussi était-elle un lieu d'arrêt et de rassemblement pour de nombreux troupeaux, qui étaient alors bénis par le curé au moment de la messe.








        L'édifice s'intègre facilement dans un agréable paysage rural où règnent les murs de pierre sèche soigneusement agencés. De structure toute simple, il possède un court auvent, des murs crépis, une charpente de bois, un toit de tuiles et une porte surmontée d'un arc en berceau. Un clocher à arcade en pierre grise porte une cloche gravée de la date de 1864. Trois fenestrons percés dans la façade laissent entrevoir un intérieur meublé, simple et en bon état. Une statue du saint trône sur l'autel sur lequel sont posés des chandeliers dorés.  



       




        Loin d'être à l'abandon, cette chapelle a bénéficié en 1989 d'une restauration, subventionnée par l'association Sauvegarde de l'art français et réalisée par l'association Alpes de Lumière. Les murets qui l'entourent ont été restaurés en 2014 par l'Association pour la participation et l'action régionale.













(Sources doc. : http://sauvegardeartfrancais.fr/saint-trinit-chapelle-saint-roch ; R. Aubert, "Saint Trinit, son histoire", Les éditions du Toulourenc, Esprit des Lieux, Brantes 2015).



Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil