Ermitage Saint-Probace

à Tourves






  



        Au sud du village de Tourves et trônant sur une colline, subsiste un ancien ermitage longtemps resté à l'abandon. On y accède seulement à pied, soit depuis le village par un sentier raide, ou mieux par le "chemin du bonheur", un long sentier qui se faufile sur le plateau à partir du lieu-dit "le Claou de Monsieur Aubert", bordant la route de Mazaugues.

        L'éperon rocheux de Saint-Probace fut d'abord occupé par un oppidum celto-ligure entouré de son mur d'enceinte. On en trouve encore de nombreuses traces sous la forme de monticules de pierres et de murets. Erigé sur le côté, un curieux autel de pierre semble lui aussi remonter à l'époque antique.










        Au premier siècle de l'ère chrétienne, l'un des soixante-douze disciples du Christ, saint Probace, serait venu finir sa vie en Provence, et précisément à Tourves, sur le sommet de cette colline où il s'installa. Le personnage est peut-être cité dans la Bible (épître aux Romains 16, 14) sous le nom de Patrobas, que saint Paul salue parmi d'autres correspondants : "Saluez Asyncrite, Phlégon, Hermès, Patrobas, Hermas et les frères qui sont avec eux".

        A sa mort, Probace fut enseveli sur cette colline, et une chapelle fut construite sur place. La chapelle fut ensuite entretenue par une communauté d'ermites. On construisit peut-être même une chapelle supplémentaire. En 1019, le sanctuaire est cité dans une charte de l'abbaye de Saint-Victor, qui la reçoit de la seigneurie locale.












 










        En 1643, une nouvelle chapelle plus vaste fut construite à la place de l'ancienne, alors abandonnée. C'est la chapelle actuelle, qui englobe une partie des murs de la première, et qui porte la date de ces travaux au-dessus de sa porte. A leur grande surprise, les ouvriers découvrirent pendant la construction un corps humain, doté d'une très grande taille. Après un minutieux examen, on arriva à la conclusion que ce corps était certainement celui de saint Probace. La chapelle fut ensuite consacrée en grande pompe, en présence des autorités religieuses locales et même pontificales. Le culte de saint Probace devint alors très important pour les habitants de Tourves.

        Le bâtiment rénové fut ensuite occupé par une communauté fondée par l'abbé d'Ollioules. Un document de 1685 précise que l'ermite qui y vivait recevait chaque année des sandales, de l'huile, du sel et des légumes. L'ermitage continua à être habité et entretenu par moments jusqu'au XXème siècle. Traditionnellement, saint Probace était réputé pour faire tomber la pluie : en cas de sécheresse, on descendait sa statue jusqu'à l'église paroissiale, où elle demeurait jusqu'à la prochaine ondée.








        Aujourd'hui, le bâtiment comprend toujours l'église ainsi qu'une importante partie habitable, sur un étage avec même un balcon soutenu par une petite voûte. La chapelle contient l'imposante sépulture en marbre de saint Probace, un buste le représentant, des ex-voto, un bel autel en bois doré et un autre reliquaire du saint. L'intérieur a été saccagé il y a quelques années, ce qui conduisit à l'installation de solides portes de fer.

       A partir de 2008, trois moines franco-américains appelés les "petits frères de l'Eucharistie" restaurèrent le bâtiment et le rendirent à nouveau habitable. Ces travaux permirent ensuite l'installation d'un nouvel ermite, le frère Séraphin, un religieux solitaire qui perpétue désormais la vie spirituelle de ce lieu magnifique.





 
 



        Aujourd'hui encore, des pèlerinages sont organisés vers l'ermitage le lundi de Pâques et le 25 août. Davantage peut-être que le bâtiment, c'est surtout le cadre naturel qui suscite l'émerveillement, avec ses prairies et ses arbustes entourant ses vestiges de murs en calcaire blanc, ainsi que sa vue imprenable sur la plaine de Saint-Maximin, la Sainte-Baume et les environs de Tourves.



















AccueilListe des chapellesCarte régionaleContactLiens