Chapelle Saint-Victor

à Trans-en-Provence

   

      




       A trois kilomètres au sud de Draguignan et sur la rivière Nartuby, siège le village de Trans-en-Provence. Au nord de l'agglomération, la chapelle Saint-Victor le surplombe dans un paysage vallonné.

       Comme dans de nombreux cas, le village était primitivement perché sur la colline autour de cette chapelle qui servait d'église paroissiale. Cette information est inscrite à l'intérieur, en lettres gothiques au-dessus de l'arc triomphal : "Ancienne paroisse de Trans, restaurée en 1837. Deuxième restauration année sainte 1950".

       Le motif peint sur les murs intérieurs est un original décor de fausses pierres en gris clair, limité par un bandeau bleu. Sur l'un des murs est accroché un poster montrant des photos des célébrations et du transport de la cloche lors de la restauration de 1950.








       Le cavalier en armes figuré sur le tableau derrière l'autel est saint Victor, officier romain devenu chrétien au IIIème siècle. Arrêté à Marseille en 290 alors qu'il visitait des chrétiens en prison, il fut décapité puis jeté à la mer. Son corps échoué sur le rivage fut enterré dans une grotte. C'est sur sa tombe que fut construite la basilique de Saint-Victor au IVème siècle. Le village de Trans a appartenu à cette abbaye au XIIIème siècle.








(Cliché ext. : J.-P. Banet. Sources doc. : http://www.operabaroque.fr/Saints.htm ; http://www.paca.culture.gouv.fr ; http://www.infotourisme.net/tourist-route/draguignan/draguignan-et-le-pays-dracenois_350fra.html).



  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil