Chapelle Saint-Maurice

à Valserres

   

      




        A l'écart du monde, sur un sommet perdu au fond d'une forêt interminable couvrant toute la colline Saint-Maurice : il faut compter deux heures de montée à pied dans les bois pour atteindre le sommet boisé de ce lieu sauvage. Dans son isolement, la chapelle qui y siège a quelque chose d'étonnant à nous dire.

        En 1664, la bergère Benoîte Rencurel rencontra ici-même un homme qui se présenta sous le nom de Maurice. Il déclara que cette chapelle était construite en son honneur, et que le lendemain, Benoîte verrait la Vierge Marie dans le vallon des Fours. C'est ce qui arriva, inaugurant les apparitions de Notre-Dame-du-Laus. Benoîte en fut le témoin pendant cinquante-trois ans.






        Quant à saint Maurice, il fait partie des "martyrs de la légion thébaine" : sous l'empereur romain Maximin, Mauritius (Maurice) était le chef d'une légion de soldats qui s'étaient tous convertis au christianisme. Refusant de renier leur foi en Jésus-Christ lors des persécutions, ils furent tous condamnés à mort et exécutés. La tradition dit qu'ils étaient environ dix mille. Sur le lieu de leur martyre, dans le Valais suisse, a été construite l'abbaye de Saint-Maurice.








       Dans les environs immédiats de la chapelle, subsistent également des traces d'occupation anciennes : des éléments de murs, un abreuvoir taillé et un menhir.





(Source doc.: panneau d'information implanté sur place ; R. Pernoud : Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne. Merveilles de l'enluminure. Ed. de Crémille, Genève 1989).


  Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil