Chapelle Saint-Ferréol

à Viens









        En contrebas du splendide village médiéval de Viens, la route nord-sud D201 qui relie Oppedette à Céreste passe à côté d'une construction qui a récemment été relevée de ses ruines : la chapelle Saint-Ferréol.

        Une architecture simple, une nef et un transept, un chevet pentagonal, des murs en pierres apparentes, un toit de tuiles, un clocher-arcade, un cadran solaire à l'angle du toit et quatre colonnes carrées en avant de l'édifice : sa fondation remonte au moins au XVIIe siècle, peut-être en remplacement d'un premier édifice contruit près de la rivière Calavon et emporté par les crues.








        Le présent monument fut ruiné et faillit disparaître, car on trouve des archives du XVIIe siècle mentionnant sa remise en état. Vouée à une "disparition prochaine" en 1661, elle bénéficia en 1681 de réparations d'urgence "en raison des risques d'éboulement".

        Lorsqu'en 1988 le maire de Viens, Victor Audibert, s'intéressa à la chapelle, l'édifice n'avait plus de toit. Ses murs lézardés menaçaient ruine et sa nef était envahie par la végétation. En 1992, la mairie mit en oeuvre un programme de reconstruction. Et lorsque la rénovation fut terminée en 1997, on créa l'association "chapelle Saint-Ferréol", qui eut pour vocation d'y organiser des manifestations culturelles, avec le soutien de Christine Ruiz-Picasso, épouse du premier fils de Picasso.








        Aujourd'hui propriété de la commune, la chapelle Saint-Ferréol est dédiée aux activités culturelles et artistiques. Un programme de concerts, d'expositions et de conférences se déroule chaque été sous le nom de "Ferréofolies".









        L'intérieur accueille souvent des oeuvres d'artistes contemporains. La voûte porte une peinture évoquant un ciel nuageux sur lequel se détachent feuillages et oiseaux. Il s'agit d'un travail de Michel Guéranger intitulé "mémoire cosmique". Les murs et les tables d'autel servent d'espaces d'exposition. A l'extérieur, la statue du saint qui surplombe la porte d'entrée est due à Yvette de Gueltzl.








        Quant à Ferréol, le saint, il était originaire d'Auvergne et vécut au IIIe siècle. Devenu légionnaire romain puis tribun militaire, ce fervent chrétien fut victime des persécutions. Emprisonné à Vienne (Isère) pour avoir refusé d'arrêter des chrétiens, il s'enfuit de l'autre côté du Rhône où il fut poursuivi et décapité. Son corps fut rapatrié et inhumé à Vienne en 304. Son culte se répandit en Provence, où il eut un grand succès puisque de nombreux lieux de culte portent son nom.








        Chaque année en septembre, une messe est célébrée à la chapelle en mémoire de saint Ferréol, patron de Viens.













(Source doc. : http://www.chapelle-saint-ferreol.com ; http://www.chapellesaintferreol.com).



Retour à la liste

Retour à la carte régionale

Retour à l'accueil